Suite aux dernières annonces gouvernementales les Bureaux d’Information Touristique de Courseulles-sur-Mer, Saint-Aubin-sur-Mer et Luc-sur-Mer ferment leurs portes jusqu’à nouvel ordre.

Nous restons joignables par téléphone du lundi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h au 02 31 37 46 80
Via notre formulaire de contact
Sur notre page Facebook #terresdenacretourisme

Revenir à la liste Agrandir le text Diminuer le text

Balade entre méandres et campagne

Ce matin de février, chaudement vêtues et chaussées, nous avons rendez-vous près de l’église de Basly.

le cours d'eau la mue ©Anne PEREZ NEDELECNous sommes prêtes, venez avec nous !

Je lève la tête et je plonge instantanément dans le passé en apercevant l’inscription à peine effacée près de la cheminée de cette ancienne maison « 1907 – Ecole communale ». Cette place aujourd’hui si calme a dû en entendre des cavalcades et des cris de joie des enfants en culottes courtes !

Nous démarrons par un chemin agricole. Hiver oblige, il n’y a pas de hautes cultures et je distingue au loin sur ma droite le « Grand Radar allemand ».

L’air iodé y est si vivifiant ! la mer est toute proche, à peine 2km à vol d’oiseau.

Nous atteignons le village de Bény-sur-Mer et nous rejoignons l’église. Et si nous poussions ensemble le grand portail du cimetière afin d’aller voir de plus près ce vieux puits. Si comme moi vous êtes féru de légendes, votre curiosité sera piquée.

Ce puits aurait été condamné car l’eau avait été empoisonnée par une sorcière ou un être maléfique.
venelle sur la commune de Bény sur mer ©Anne PEREZ NEDELEC

En fait l’hypothèse aujourd’hui retenue est que le puits aurait été pollué par les tombes avoisinantes.

Mais moi je préfère l’histoire de la sorcière !

Nous rejoignons le vieux bourg de Bény avec ses jolies maisons anciennes en pierres de Caen, épargnées par les bombardements du 6 Juin. Je fais une photo de la jolie vierge bien à l’abri dans sa niche qui, de son regard bienveillant semble veiller sur les passants.

J’aime cette minuscule venelle que nous empruntons. J’imagine que les jardins cachés derrière ses hauts murs pourraient nous conter de bien belles histoires.
vieux colombier ©Anne PEREZ NEDELEC

Deux beaux châteaux dont un doté d’un colombier de 1688 bordent la rue de Braqueville.

Nous quittons le village, et là ce ne sont que des champs à perte de vue, monotonie rompue par une ferme isolée dans un hameau.

Toujours d’un pas allant, nous y allons de notre bonne humeur matinale. Que c’est bon de se retrouver en dehors de nos bureaux !

Je demande à tourner dans le premier sentier à gauche car je sais qu’au bout de celui-ci se trouve la demoiselle de Bracqueville que je tiens à la saluer absolument.

Halte à la pierre dressée...

menhir dans les champs ©Océane KREUTZCe menhir s’apparente à la silhouette d’une jeune femme recouverte d’un long voile les nuits de pleine lune. Les présentations de rigueur sont faites, nous rebroussons chemin et nous nous approchons d’un bois que nous traversons.

Il parait, mais ne le dites à personne, qu’au printemps des jonquilles par centaines tapissent le sol. Je m’y sens comme ressourcée et je me promets d’y revenir en famille.

Je montre à mes collègues ici et là des traces d’animaux sauvages : sangliers, chevreuils. Je pense que bien qu’à priori seules dans ces chemins de sous-bois ou de campagne, nous sommes probablement observées par une myriade de petits yeux curieux.

A mesure que nous avançons, le bruit de l’eau qui coule se fait de plus en plus perceptible.

Une odeur de fraicheur m’envahit. Nous avons rejoint les méandres de la Mue qui serpente sur notre droite tandis que sur notre gauche l’entrée de grottes dans la roche calcaire me surprend. Ce sont d’anciennes carrières de pierres réhabilitées en champignonnières à une époque.

Château en vue !

fontaine-henry et ses toits ©Anne PEREZ NEDELEC vieille église de Thaon ©Anne PEREZ NEDELECLe bois s’éclaircit et les majestueux toits du château de Fontaine-Henry s’offrent à notre vue.

Je suis ravie de découvrir ce côté caché car comme beaucoup de monde je ne connaissais que sa façade.

Nous décidons de marcher un peu plus afin de rejoindre un bijou du Xième, caché dans son écrin de verdure, la petite église Saint Pierre de Thaon. Quelques efforts supplémentaires qui valent vraiment le détour (3km AR).

Seules au monde, c’est l’endroit rêvé pour se rafraichir et reprendre quelques vitamines avant de poursuivre vers la fin de notre périple.

Le retour vers Basly est un peu plus lent après ces 3h de randonnée.

Mais que de bons moments partagés et de souvenirs en perspective !