Cet électricien de 58 ans a deux passions : la pêche en bateau et l’observation des animaux marins.

Il y a huit ans, c’est lors d’une sortie en mer, au large de Courseulles-sur-mer, pour pêcher quelques beaux maquereaux, qu’il se retrouve nez à nez avec des dauphins. C’est le coup de foudre ! Il reste bouche bée devant ces grands cétacés qui tournent autour de son bateau et jouent à quelques mètres de lui en sautant dans les vagues.

Depuis ce jour, Jean-Louis immortalise ces rencontres privilégiées avec son appareil photo, à bord de son semi-rigide.

« À force de les observer, j’ai beaucoup appris sur le mode de vie des dauphins. Ce sont des animaux sédentaires. Ils se déplacent par groupe de dizaines d’individus. Ceux que je photographie vivent dans la Manche, dans les zones poissonneuses, au large de Courseulles-sur-mer et des Essarts. C’est l’une des plus grandes colonies d’Europe, on dénombre près de 500 individus par ici. J’arrive désormais à reconnaître les mâles et les femelles. Au printemps, je croise des mères avec leur petit, c’est un spectacle émouvant. »

Jean-Louis Perrin fait très attention à ne pas trop approcher ces « anges de la mer » comme il les appelle, pour ne pas troubler leur bien-être et respecter leur liberté. Il lui arrive aussi régulièrement de faire de la sensibilisation auprès d’autres navigateurs en leur rappelant la réglementation.

« Il est désormais obligatoire de laisser une distance de 100m entre l’embarcation et les dauphins. Mais très souvent, ce sont eux qui s’approchent et qui s’amusent avec notre bateau ! Le dauphin est connu pour être un animal joueur et curieux. Il faut alors ralentir le bateau et retirer les lignes de pêche pour ne pas les blesser. »

Petit à petit, Jean-Louis a investi dans du bon (du très bon) matériel : les GOPRO, son appareil photo et son objectif 50-500 pesant presque 2kg sont toujours à bord. Dès qu’il a un moment, il part en mer avec les copains au large de la Côte de Nacre et parfois même jusqu’à Cherbourg pour pêcher et pour aller à la rencontre des animaux marins. Avec beaucoup de patience et un peu de chance (ou parfois l’inverse), Jean-Louis capte des instants magiques : l’envol d’un fou de Bassan, le saut d’un grand dauphin, le festin d’un phoque gris…

« On croise toute sorte d’oiseaux marins près des côtes. Depuis mon bateau, j’observe des oies bernache cravant, des grands cormorans mais aussi des guillemots de troïl et des pingouins torda qui nichent dans les falaises de Lion-sur-mer et d’Arromanches.

Sur son site internet et sur les réseaux sociaux « Normandie Bord de Mer », Jean-Louis partage sa passion au plus grand nombre (5 500 abonnés sur Facebook tout de même !). Il publie régulièrement ses plus belles photos et des vidéos de dauphins. Il en profite pour donner quelques explications sur les espèces qu’ils rencontrent.

Il lui arrive d’effectuer quelques missions d’observation et de sensibilisation pour le groupe mammalogique normand, une association qui contribue à la protection des mammifères sauvages, comme les phoques et les veaux marins, nombreux au printemps sur nos plages.

Pas besoin d’en dire d’avantage… les « oh magnifique » ou encore les « quelle beauté ! » qui s’échappent de la bouche de notre passionné et qui accompagnent les vidéos parlent d’elles-mêmes ! On y ressent l’admiration du photographe pour les animaux marins sauvages.

Mais qui, du photographe ou du dauphin est le plus heureux à ce moment-là ?  À vous d’en juger !

Merci de nous faire partager votre passion, Jean-Louis !


Crédits photos : Jean-Louis Perrin, Normandie Bord de Mer

Partager :

Aller en haut de page