L’histoire du D-Day

Le débarquement en Normandie le 6 juin 1944 constitue sans nul doute l’opération militaire la plus complexe jamais orchestrée.

Le 6 juin 1944, aussi appelé le Jour J, les forces alliées lancent l’opération Overlord : nom de code de la Bataille de Normandie. Plus de 6000 navires de guerre, bateaux de transport et péniches de Débarquement font traverser la Manche aux forces terrestres de libération tandis que des milliers d’avions soutiennent cette armada.

brigade d infanterie canadienne bernieres gilbert alexander milne canada. ministere defense bibliotheque et archives canada pa122765 3

Ce matin-là, sur les 135000 Alliés qui débarquent ou sont parachutés en Normandie, 14000 sont Canadiens, ce qui fait du Canada le 3e pays pourvoyeur de troupes après les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Le secteur de plage baptisé du nom de code Juno a été pris d’assaut par la 3e division d’Infanterie et la seconde brigade blindée canadienne, libérant les villages côtiers de Graye-sur-Mer, Courseulles-sur-Mer, Bernières-sur-Mer et Saint-Aubin-sur-Mer.

Les soldats canadiens ont pour mission de détruire les défenses côtières allemandes, pour ensuite progresser dans les terres vers l’aéroport de Carpiquet. Ils doivent également faire la jonction avec les troupes débarquées sur les secteurs britanniques Gold et Sword.

Courseulles est libéré par la 7e Brigade d’Infanterie canadienne composée des Regina Rifles, des Royal Winnipeg Rifles et des Canadian Scottish, soutenus par les blindés des 1er Hussars, le 12e et le 13e Régiment d’Artillerie de Campagne et les Royal Canadian Engineers.

En fin de journée, les Canadiens tiennent une solide tête de pont d’une douzaine de kilomètres de profondeur dans les terres.

Les Canadiens perdent 1 074 hommes dont 359 tués. La campagne de dix semaines en Normandie coûte au Canada plus de 18 000 pertes, dont environ 5 500 morts. La plupart sont enterrés dans les 2 cimetières militaires canadiens de Bény-sur-Mer-Reviers et Cintheaux-Bretteville-sur-Laize.

Les sites majeurs du secteur Juno Beach

Le Centre Juno Beach

Découvrez l’unique musée canadien des Plages du Débarquement.

Films, bornes interactives, archives sonores, parcours jeune public… la scénographie ludique et le modernisme du musée en font un lieu de visite particulièrement adapté pour les familles.

La particularité du musée ? Les guides sont canadiens !

Crédit : Ph. Delval

Découvrez les 5 bonnes raisons de venir visiter le Centre Juno Beach en famille

Le Parc Juno

Le parc Juno qui entoure le musée contient des vestiges du point d’appui de défense construit pendant l’occupation allemande, connu sous le nom de Mur de l’Atlantique. Les guides canadiens du Centre Juno Beach effectuent des visites commentées de 45 minutes sur ce site historique de juillet à octobre.

Découvrez également le Parc Juno grâce au jeu gratuit le Juno Caching. Cette chasse au trésor, inspirée du géocaching, pour fait découvrir les vestiges de la Seconde Guerre mondiale et les richesses de la faune et de la flore.

La Maison des Canadiens

Cette maison du XIXè siècle surplombe la plage de Bernières-sur-mer. Il s’agit de la première maison libérée par le débarquement maritime le 6 juin 1944. Les soldats canadiens avaient pour ordre de ne pas la détruire car elle était un point de repère essentiel pour les barges du Débarquement.

Le cimetière militaire Reviers/Bény-sur-Mer

C’est dans ce cimetière militaire Canadien, que reposent les 335 soldats de la 3e Division Canadienne ayant débarqué le 6 juin 1944 dans le secteur de Juno Beach et qui furent engagés lors des combats.

En savoir plus sur les sites du secteur canadien Juno Beach

L’office de tourisme vous propose une carte du secteur Juno complète détaillant les emplacements des stèles, vestiges du Mur de l’Atlantique :

À lire également :

Aller en haut de page